La Lune et les hommes : temps et croyances

Publié par Celine LEVY le

La Lune a traversé tous les âges et fasciné tous les peuples. Mystérieuse et captivante, l’homme l’a toujours observée en soulevant bien des questions. Ces dernières ont donné lieu à des croyances, à des traditions et à des recherches scientifiques.
Nous pourrions écrire des livres, voir des thèses, sur la lune et dans bien des domaines. J’ai choisi de te présenter, dans ce premier article, l’influence que la Lune a eu sur les hommes d’un point de vue anthropologique. Cet astre changeant a permis à l’humanité de mesurer le temps permettant ainsi de structurer l’agriculture, par exemple. Elle a permis à de nombreuses civilisations de se construire spirituellement. La lune influence tous les êtres vivants

1. Qu’est-ce-que la lune ?

La Lune et les Hommes : temps et croyances. Grenier Séléné - Blog
D’un point de vue purement scientifique, la Lune est un corps céleste. Elle est  le satellite de la Terre qui s’est formée environ il y a 4.51 millions d’années, peu après la Terre. Cet astre est visible depuis notre planète grâce aux rayonnements du soleil. Elle n’émet pas sa propre lumière. La Lune nous montre tout le temps la même face. Elle tourne autour de la terre en 27.3 jours, arrondis le plus souvent à 28 jours.  
Ces affirmations scientifiques nous semblent aujourd’hui évidentes. Or elles sont, à l’échelle de l’histoire de l’humanité, très récentes. L’histoire de l’astronomie débute avec l’astrologie et l’observation de la Lune. 
*

2. Mesure du temps

L’une des mesures du temps la plus évidente est la distinction entre le jour et la nuit. L’alternance du Soleil et de la Lune rythme les journées de tous les êtres vivants (humains, animaux et végétaux) sur Terre.

La deuxième mesure du temps est le cycle lunaire. La Lune met ainsi environ 28 jours à faire le tour de la terre. Contrairement au Soleil, qui apparait et disparait inévitablement de la même façon tous les jours, la Lune nous montre une forme différente chacun des jours de son cycle pour disparaitre ensuite pendant 3 jours (nouvelle lune). Partant de ce constat, la Lune offre un point de repère temporel facile à suivre pour indiquer aux hommes quel jour nous sommes. Ce cycle lunaire a ensuite constitué les mois alors que la rotation de la terre autour du Soleil a organisé les saisons.

Ainsi en Mésopotamie, l’astrologie, l’agriculture et l’écriture sont liées. Dès lors que les hommes se sont mis à cultiver la terre, ils se sont servis de la Lune comme mesure du temps. L’astrologie (astronomie de l’époque) s’est alors développée pour observer et comprendre cet astre fascinant au cycle constant. Les premiers calendriers lunaires voient le jour par nécessités agricoles. Bien d’autres civilisations ont utilisé ces calendriers lunaires. Par exemple, les celtes et les gaulois.
Lambert, liber floridus , 1120. Exemple de calendrier lunaire médiéval.
Les premiers almanachs agricoles apparaissent au Moyen-Age, pour savoir quelles plantes semer et quand. Ces almanachs sont toujours utilisés par les jardiniers. Ainsi, de nos jours, il est connu que les plantes dont les fruits se développeront au-dessus du sol doivent être semées pendant la Lune montante. A l’inverse, les plantes dont nous consommons les racines doivent être plantées à la Lune descendante. A la fin du XVIe siècle est mis en place le calendrier grégorien que nous utilisons toujours et dans le monde entier (au moins dans le monde des affaires).
*

3. Son influence sur la Terre

L’eau

La lune a une influence bien connue sur les mers et océans de la Terre. Les hommes se servent de la Lune pour prédire les marées qu’elle engendre. Les grecs anciens guettaient les nouvelles et les pleines Lunes pour prévoir leurs expéditions pendant les marées.
Les cartes du ciel sont des aides à la navigation. La navigation astronomique a été traditionnellement utilisée en Polynésie puis à la Renaissance en Europe.
*

Les animaux

Les animaux se servent également de la Lune. Si aucune étude scientifique ne prouve que la Lune n’a d’effet physiologique sur eux, les scientifiques constatent qu’elle a belle et bien une influence sur leur mode de vie. Ainsi, certaines espèces de poissons se servent du courant des marées pour se reproduire. Les lions chassent la nuit mais uniquement au moment où la Lune est la moins brillante, pour ne pas se faire repérer.
*

Les humains

Le cycle lunaire est souvent comparé au cycle de la vie. La nouvelle Lune est une naissance, puis l’enfant grandit (Lune montante) avant d’atteindre sa maturité (pleine Lune) puis vieillit (Lune décroissante) et meurt pour renaitre.
La lune et la femme sont liées dans beaucoup de cultures. En Asie, la Lune symbolise le Yin du Yin et donc le féminin.  Les adeptes du « féminin sacré », voient une concordance entre le cycle lunaire de 28 jours est proche du cycle de la femme, lui aussi sensiblement de 28 jours. Pour eux, la Lune symbolise le pouvoir féminin.
Un adage populaire affirme également qu’il y a plus de naissances à la pleine Lune, mais rien de scientifique le prouve.
*

4. Croyances et légendes

La lune joue avec le visible et l’invisible, ce qui a donné lieu à des nombreuses croyances et légendes à travers le monde.
*

Les tâches de la lune

Georges Méliès, "Le voyage dans la Lune", 1902.
Lorsque tu observes la Lune, tu peux y voir des tâches. Ces cratères visibles particulièrement à la pleine lune donnent lieu à de nombreuses interprétations. En Europe, on y voit traditionnellement un visage humain, comme sur les affiches du film de Méliès, le voyage dans la Lune. D’autres peuples y voient un véritable bestiaire. Au Guatemala et au Mexique, un lapin ou un chien apparaissent les nuits de pleine Lune. Au Pérou, ce sont un jaguar, un renard ou un visage humain. Dans la légende des Incas, les tâches présentes sur la lune sont des poussières que le Soleil, jaloux, lui aurait jeté dessus pour l’assombrir. Les Yakoutes, en Sibérie, y voient une jeune fille portant sur ses épaules une perche sur laquelle repose deux seaux d’eau. Certains peuples d’Asie aperçoivent des chiens, des loups ou des ours.
*

Les sorcières

La Lune et les hommes : temps et croyances . Grenier Séléné le Blog
Au Moyen-âge, les femmes possédant un savoir étendu en matière de soins (connaissance des herbes, de la femmes, des accouchements...) ont été qualifiées de sorcières par le clergé. Elles ont été marginalisées jusqu’à être associées au diable. Dans l’imagination populaire jusqu’à nos jours, la sorcière est devenue la femme habillée de noir sortant la nuit et volant à la pleine Lune sur son balai. La Lune nous cache toujours la même face. Ce double visage de la Lune a rapidement été associé à la face cachée de la femme, la sorcière.
*

Les loups garous et les vampires

La Lune et les hommes : temps et croyances . Grenier Séléné le Blog
La croyance populaire veut que la pleine Lune influence ce qui est négatif chez les Hommes. La nuit fait peur et nous pousse dans nos côtés les plus sombres. Ainsi sont nés des créatures sous influence lunaire, comme les Vampires et les Loups-Garous. L’un ne supporte pas les rayons du Soleil et profite de la pénombre de la nuit pour s’attaquer aux humains et boire leur sang. Le second un homme qui ne se transforme en loup qu’à la pleine Lune pour se soumettre à ses instincts les primitifs. Il se transforme, tout comme la Lune. Et la liste des créatures tapies dans la nuit est longue : croque-mitaine, feu follets, démons et même le diable en personne.
*

5. Mythologies : quand la Lune s’érige en religion

Naturellement tout ce questionnement sur la Lune a donné naissance à des mythes. L’essence même de la mythologie est de chercher à comprendre les origines des Hommes ainsi que leur destinée. A travers elle, les Hommes cherchent à comprendre leur place dans le monde et comment il fonctionne. Ainsi la Lune est présente dans pratiquement toutes les mythologies connues.
*

La triade grecque : Artémis, Séléné et Hécate

Séléné . La Lune et les hommes : temps et croyances . Grenier Séléné le Blog
Dans la Grèce antique, la Lune est personnifiée par la déesse Séléné. Fille d’Hypérion et de Théia, elle est la sœur d’Hélios personnifiant quant à lui le Soleil. Séléné est représentée sous les traits d’une jeune fille d’une grande beauté au visage d’une blancheur éclatante. Elle parcourt le ciel sur son char d’argent. A chacune des éclipses de Lune, les grecs pensaient qu’un dragon cherchait à la dévorer. Des prêtresses de Thessalie étaient alors chargées de faire peur à ce monstre pour le chasser et faire revenir la déesse. Les romains reprirent le culte de Séléné sous le nom de la déesse Luna.
Séléné fait partie d’une triade avec Artémis et Hécate. Chacune représentant une phase lunaire. Artémis est la plus connue. Elle représente la lune sous la forme d’un croissant. Elle est la divinité des naissances mais aussi de l’enseignement aux enfants et aux adolescents. Le croissant de Lune marque les phases d’évolution de la vie. Elle est plus populaire que Séléné. D’ailleurs le culte de Séléné a été progressivement absorbé par celui d’Artémis. Elle a parfois été qualifiée d’Artémis Séléné. Pour en savoir plus sur Artémis, je te recommande cet article.
Vient ensuite la phase de la pleine Lune personnifiée par Séléné, puis la nouvelle Lune représentée par Hécate.
Hécate. La Lune et les hommes : temps et croyances . Grenier Séléné le Blog
Hécate au triple corps, Musée du Vatican.
Hécate, fille de Persès et d’Astéria, possède deux aspects de personnalité bien distinct. Hécate est une divinité bienfaisante associée à la fertilité et qui préside aux accouchements (nouvelle lune = nouveau cycle de vie). C’est elle qui accorde la victoire aux hommes comme aux dieux. Hécate était vue comme la maitresse de la sorcellerie. Elle est associée aux monstres et aux fantômes. Elle est la déesse des morts et se promène avec une meute de chiens et de loups. Elle était crainte par les grecs qui lui érigeaient des autels dans les carrefours des chemins.
Hécate a souvent été décrite comme une divinité à trois têtes ou représentée par trois femmes, une pour chacune des phases lunaires. Ces trois femmes étaient alors associées à Artémis, Séléné et Perséphone (cette dernière étant la femme d’Hadès, dieu des enfers).
*

Mythologie égyptienne : Horus, Thot et Khonsou 

Oudjat. La Lune et les hommes : temps et croyances . Grenier Séléné le Blog
Œil d'Horus, Grenier Séléné. Tous droits réservés. 
Horus, le dieu à tête de faucon, est une divinité cosmique. Il organise le monde. Son regard est une représentation du temps. L’œil droit représente le Soleil et l’œil gauche la Lune. Cet œil gauche est également appelé œil Oudjat. Lors d’un combat avec Seth, il perdit cet œil gauche. Seth jeta l’œil dans le Nil. Il fut repêché et reconstitué par le dieu Thot, leur fils commun. Ce dernier remplaça une partie manquante et rendit ainsi son souffle vital à Horus qui pu restaurer l’harmonie sur Terre. Thot, le dieu à tête d’Ibis, est surnommé le « seigneur du temps ». C’est une divinité lunaire. Il contrôle le cycle de la Lune. Thot, dont le savoir est illimité, est l’inventeur de l’écriture. On lui prête la rédaction du premier calendrier et le comptage des mois régit par la Lune.
*
Khonsou - Temple de Khonsou à Karnak. La lune et les Hommes . Grenier Séléné le Blog
Khonsou - Temple de Khonsou à Karnak. 
Khonsou est un dieu personnifiant la Lune dans la mythologie égyptienne. Fils d’Amon et de Mout, il est représenté sous les traits d’un enfant ou d’un jeune homme avec le crâne rasé et une tresse sur le côté. Sur la tête, il porte le disque lunaire. Son nom signifie « voyageur » et fait référence au cycle lunaire.
*

Mésopotamie : Nanna/Sîn

 Croissant de lune symbolisant Nanna/Sîn (1186–1172 av. J.-C.), Musée du Louvre.
Sîn est le dieu personnifiant la Lune dans la mythologie mésopotamienne. Il était souvent représenté accompagné d’un croissant de Lune à l’horizontale et pointes vers le haut. Ce dessin de la Lune se rapprochait de la forme d’une barque ou de cornes de taureaux. Il était alors associé à la fertilité et aux saisons fertiles.
*

Mythologie chinoise : Chang’E

Werner, E.T.C. (1922). Myths & Legends of China
Dans le Taoïsme, Chang’E est la représentation de la Lune, le Yin. Elle est la femme d’un archer. Simple mortelle elle garde pour son mari un élixir divin qui donne la vie éternelle. De peur de se le faire voler, elle le boit tout entier. Elle se retrouve alors aussi légère qu’une plume. Elle s’envole vers la lune, où elle vivra éternellement avec pour compagnon un lièvre de jade, un crapaud et un immortel exilé, Wu Gang.
*

Lilith

John Collier, Lilith, 1892, La lune et les hommes. Grenier Séléné le Blog
John Collier, Lilith, 1892
La Lune noire, en astrologie est associée à Lilith. Cette dernière, à la base une divinité mésopotamienne, est reconnue au Moyen-Âge comme ayant été la première femme d’Adam… avant Eve. Dans la tradition juive, Lilith est une femme démon. Stérile, elle incarne la sensualité et apporte la mort aux nouveaux nés. Tentatrice, elle est rattachée au diable et était redoutée. En cela, elle se rapproche de la figure antique d’Hécate. C’est elle qui, en se changeant en serpent, poussa Adam et Eve à leur chute. La figure de Lilith est reprise dès les années 70 par des mouvements féministes, soutenant qu’elle a été créée à l’égal d’Adam, contrairement à Eve.
*

Quelques autres divinités lunaires

La lune est présente dans bien d’autres mythologies et est personnifiée par tellement de dieux que l’on pourrait écrire une thèse sur le sujet. Voici une liste non-exhaustive des divinités du monde en rapport avec la Lune :
Fatie (mythologie polynésienne)
Mani ou Mane (mythologie nordique)
Alignak (mythologie inuit)
Bahloo (mythologie aborigène)
Chandra (Hindouisme)
Coyolxauhqui (mythologie aztèque)
Mama Quilla (mythologie incas)
Tchernobog (mythologie slave)
Tsukuyomi (mythologie japonaise)
*

6. Astrologie

J'en reviens à nos « sorcières ». Ces femmes qui ont su tirer de la Lune des enseignements pas vraiment bien vus dans une société judéo-chrétienne. Et pourtant, l’Astrologie n’a pas été que l’affaire de voyantes en châles assises devant une boule de cristal.
L’astrologie est le parent de l’astronomie. C’est grâce à cette discipline que les hommes ont développé leurs connaissances du ciel. De l’Antiquité à la Renaissance, des astrologues réalisaient des horoscopes pour prédire la destinée d’hommes importants. Les souverains de nombreux pays ou empires ont eu à leurs côtés des astrologues étudiant le ciel pour les aider à prendre des décisions importantes, non seulement pour eux mais aussi pour leurs peuples. Tu imagines bien alors la place qu’avait pris cette discipline dans les mœurs.
Les éclipses étaient redoutées dans de nombreuses civilisations. Elles étaient vécues comme de véritables catastrophes. Les astrologues avaient en charge de les prédire afin que soit mis en place des rituels pour faire revenir la Lune. Par exemple, en Chine, on faisait résonner les tambours pour éviter que le dragon ne mange la Lune. Et malheur aux astrologues qui se trompaient dans leurs prédictions.
Pour réaliser ces horoscopes, il fallait observer les planètes. L’astrologie se base sur l’étude de l’agencement du ciel à un moment donné. Elle est développée en Mésopotamie ancienne. Puis les grecs nomment les constellations. Ces connaissances sont ainsi passées dans le monde romain avec l’hellénisation de ces derniers. On y étudie alors ce qui est le plus aisément visible depuis la Terre, en premier la Lune et les étoiles. Ainsi naissent les premières études détaillées du ciel. Ptolémée, grec né au IIe siècle de notre ère et ayant vécu à Alexandrie, est considéré comme un des pères de l’astronomie. Ses observations du ciel ont abouti à la codification de l’astrologie.
D’un point de vue purement astrologique, la Lune parcourt le zodiaque en 28 jours. Le zodiaque lunaire serait plus ancien que le zodiaque utilisé de nos jours, à savoir le zodiaque solaire avec ses 12 signes. Elle symbolise : la nuit, l’eau, le subconscient, l’imagination, le psychisme, le rêve, la réceptivité, la femme, l’instabilité, le transitoire et l’influençable. Pour les astrologues, la zone lunaire de la personnalité, est la zone de l’inconscient où résident nos pulsions instinctives et primaires. Cette part primitive s’exprime dans les rêves, les fantasmes et l’imaginaire. Cela modèle notre sensibilité profonde. Elle est rattachée au signe du Cancer, là encore un signe d’eau.
**
Il est compliqué de faire rentrer dans un article de blog toute l’histoire anthropologique de la Lune. Je n’ai pu que survoler certains points. Il est intéressant de noter que la Lune a un caractère universel. La grande majorité des civilisations s’y est intéressée.
Dis-moi si tu souhaites que je développe un point en particulier. Cela pourra faire l’objet d’un article plus poussé.
 

1 commentaire


  • Superbement écrit et toujours aussi intéressant !

    Marie-Pierre LEVY le

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés